Vous êtes ici

Dermatologie


 

Mécanismes des réactions de photosensibilisation

1. Réaction phototoxiqu

=> Elle correspond à un mécanisme photochimique, non immunologique, qui survient généralement sous deux conditions :
  - présence dans la peau d’une substance douée d’un pouvoir phototoxique (par voie topique ou systémique),
- irradiation lumineuse de la peau par un rayonnement solaire ou artificiel de longueur d’onde efficace et à dose suffisante ;
- cependant, il est des cas où une troisième condition est nécessaire, c’est celui des substances végétales photosensibilisantes (furocoumarines) qui nécessitent, en sus du contact, l’humidité de la peau (eau ou sueur).
=> Cette réaction ne nécessite aucune prédisposition particulière. C’est une réaction photochimique induite par l’absorption sélective de photons, d’une longueur d’onde appropriée, par certaines molécules appelées chromophore. Elle aboutit à un transfert d’énergie aux molécules voisines, notamment d’oxygène, avec création de radicaux libres, responsables de cytotoxicité et de mutagénicité.
=> L’histologie montre des lésions essentiellement épidermiques avec présence de cellules dyskératosiques (sunburn cells) ; parfois un œdème apparaît dans le derme.

2. Réaction photoallergique

=> Elle met en œuvre, sauf de rares exceptions, les mécanismes d’hypersensibilité de type IV (classification de Gell et Coombs).
=> L’absorption photonique le plus souvent dans le spectre UVA de la molécule photosensibilisante (prohaptène) présente dans le derme, modifie la structure de cette dernière qui va alors se comporter comme un haptène, réagir avec une protéine du soi pour devenir un allergène complet et activer le système immunitaire via les lymphocytes T. Les lésions déclenchées sont donc celles d’un eczéma avec une histologie comparable (infiltrat lymphoplasmocytaire périvasculaire) mais original par sa distribution.
=> Elle est relativement indépendante :
 
- de la concentration dermique de la molécule sensibilisante ;
- de la dose de rayonnement reçue.