Vous êtes ici

Glossaire


 

A

AASQA : Association agréée de surveillance de la qualité de l'air : une association par région, agréées par le ministère de l'Écologie, elles sont regroupées au sein de la fédération ATMO : http://www.atmo-france.org/fr/index.php?/les-membres/list/onecat/nos-liens+les-aasqa-par-region/0/all_items.html
La fédération ATMO France anime le réseau des AASQA en assurant la coordination, la mutualisation et la valorisation de leurs travaux et le représente dans les instances nationales et européennes en participant aux débats pour l'amélioration de la qualité de l'air et de l'atmosphère. 

Acrodynie : maladie caractérisée par une tuméfaction froide, humide et cyanotique des mains et des pieds, parfois du nez et de la face. Elle s’accompagne de prurit, de crises sudorales et de signes généraux subjectifs (asthénie, irritabilité…) et objectifs (tachycardie, hypertension artérielle). Elle guérit en règle générale sans séquelles.

Additifs : La directive 89/107/CEE du 21 décembre 1988 définit l’additif alimentaire comme : « toute substance non consommée comme aliment en soi, habituellement non utilisée comme ingrédient dans l’alimentation, possédant ou non une valeur nutritive ». L’adjonction aux denrées alimentaires doit avoir un rôle d’amélioration de la conservation, de la stabilisation ou des caractéristiques organoleptiques du produit fini. L’additif ne doit pas présenter de danger pour la santé aux doses utilisées. Il doit correspondre à des critères de pureté spécifiques.
A la fin des années 1980, on répertoriait aux Etats Unis entre 1500 et 3000 substances. Ce sont des colorants, conservateurs, antiseptiques et antioxydants, arômes, édulcorants, agents de texture, gélatine et contaminants.

Adjuvant complet de Freund : émulsion d’eau et d’huile contenant des mycobactéries tuées.

AFNOR : Association Française de Normalisation, tour Europe Cedex 7 Paris la Défense 92049. Tél : 01 42 91 55 55.

AGEFIPH : Association nationale pour la Gestion du Fonds pour l’Insertion professionnelle des Personnes Handicapées.
· Elle recueille les contributions annuelles versées par les entreprises de 20 salariés et plus, soumises au droit privé, et qui n’ont pas leur ‘’quota d’emploi de personnes handicapées’’.
· Elle réaffecte ces fonds à des actions favorisant l’accès et le maintien dans l’emploi (reclassement et évolution) en milieu ordinaire de travail.

Allèles : se dit de 2 gènes d’une paire de chromosomes ayant chacun le même locus (emplacement) sur chacun de ces deux chromosomes, possédant tous deux la même fonction ou le même caractère mais chacun l’exprimant différemment.

Allergène majeur : toute substance allergénique contient des allergènes majeurs et mineurs. Un allergène majeur est celui qui est reconnu par les IgE de plus de 50% des sujets allergiques à cette substance.

Allergen Microarrays : La technique des Allergen Microarrays, ou puces à allergènes, est dérivée de celle des puces à ADN. Il s’agit d’un test ELISA miniaturisé où on dépose sur une plaque des spots d'allergènes (protéines recombinantes ou peptides de synthèse portant des épitopes connus), puis on incube avec le milieu à tester. Les anticorps (IgE) présents vont se fixer au niveau du spot contenant l'antigène fixé qu'elles reconnaissent. On lave et puis on révèle avec des anticorps anti-IgE couplés à un colorant fluorescent. La lecture se fait en mettant la plaque dans un lecteur de plaque à fluorescence. L’intérêt de cette technique réside dans sa rapidité d’exécution, dans le très grand nombre d’allergènes pouvant être testés simultanément avec une toute petite quantité de sérum et dans son moindre coût à terme.

Allergène mineur : toute substance allergénique contient des allergènes majeurs et mineurs. Un allergène mineur est celui qui est reconnu par les IgE de moins de 50% des sujets allergiques à cette substance.

Allergie : Le terme ‘‘allergie’’ a été introduit par Von Pirquet en 1906 (allos : autre, ergon : action) pour désigner un mécanisme physiopathologique : la capacité de l’organisme à réagir spécifiquement d’une façon différente. Cette réponse ‘’altérée’’ peut être à la fois protectrice (réponse immune physiologique) et pathogène. Cela signifie que l’exposition du sujet à un allergène est nécessaire pour stimuler son système immunitaire.

Alloanticorps : anticorps sérique spécifique dirigé contre un antigène provenant d’un individu de la même espèce.

Allotype : immunoglobuline dont les caractéristiques spécifiques diffèrent entre les individus d’une même espèce. Ce sont des motifs antigéniques transmis héréditairement et correspondant à la modification d’un ou de plusieurs acides aminés sur les parties constantes (Km sur C, A2m sur C et Gm sur C).

Anaphylaxie : du grec ana (contraire de…) et phulaxis (protection), c’est une augmentation anormale de la sensibilité d’un organisme vis à vis d’un antigène survenant après que celui-ci y ait été introduit. Elle s’oppose à la prophylaxie qui peut être conférée, par exemple, par un vaccin.

Anémophiles : se dit des pollens aérodynamiques véhiculés par le vent ; émis en grande quantité ils peuvent être transportés sur de grandes distances (parfois > 1000 km).

Anergie : l’activation de certaines cellules peut aboutir, en l’absence de signaux de coactivation, à un état d‘anergie, c’est à dire d’absence d’activation spécifique lors d’expositions ultérieures à l’antigène.

Apoptose : Certains signaux d’activation cellulaire provoquent initialement une activation qui va aboutir à la mort cellulaire programmée (ou apoptose).
En ce qui concerne le lymphocyte T, au lieu de poursuivre son activation, celui-ci fragmente son ADN sans qu’il y ait rupture de la structure membranaire. Si le processus n’est pas interrompu, la cellule poursuit sa fragmentation toujours sans rupture de la membrane, la chromatine se condense, se fragmente et se divise en corps apoptotiques (fragments de noyau entourés de peu de cytoplasme) puis elle est phagocytée telle quelle.

Article R 5144-19 : «tout médecin (…) ayant constaté un effet indésirable grave (c’est à dire létal ou susceptible de mettre la vie en danger ou de provoquer une hospitalisation) ou inattendu (c’est à dire non mentionné dans le résumé, Vidal notamment, des caractéristiques du produit), susceptible d’être dû à un médicament (…), qu’il l’ait ou non prescrit, doit en faire la déclaration au Centre régional de Pharmacovigilance».

Atopie : Le terme ‘‘atopie’’ a été proposé en 1923 par Coca et Cooke pour désigner un ensemble de syndromes ayant une transmission héréditaire (asthme allergique, dermatite atopique et rhino-conjonctivite allergique).

Autoanticorps : anticorps fabriqué par un individu et dirigé contre une partie (éléments figurés du sang, tissu, organe) de lui-même qui se comporte comme un antigène.

Autocrine : se dit de médiateurs sécrétés par une cellule et dont la cible est la cellule elle-même ainsi que les cellules environnantes mais de même nature.

Autosomique : qui se rapporte aux chromosomes somatiques, c’est à dire aux chromosomes qui n’ont pas d’effet sur la détermination sexuelle.