Vous êtes ici

Immunologie et génétique


 

Médiateurs des polynucléaires éosinophiles

• L’activation des PNE entraîne leur dégranulation avec libération de leurs médiateurs cytotoxiques, mais aussi production de cytokines et de médiateurs lipidiques.

• Cette sécrétion est modulée en fonction de l’agent activateur.

A. Médiateurs cytotoxiques

Ces médiateurs sont au nombre de 4 (MBP, EPO, ECP, EDN). Ils sont contenus dans les granules intracytoplasmiques de la cellule :

1) MBP ou protéine basique majeure :

La MBP est quantitativement la plus importante, représentant 25% des protéines totales de l’éosinophile et 50% des protéines granulaires. Elle est localisée dans ces granules sous la forme d’un noyau central cristalloïde alors que les 3 autres protéines sont localisées dans la matrice entourant ce noyau central. Ses actions :
=> puissante toxicité vis à vis des parasites et de certaines bactéries (E. coli, Staphylococcus aureus…) ;
=> cytotoxicité surtout vis à vis des cellules épithéliales trachéales, intestinales et épidermiques ;
=> provoque une histaminolibération par les mastocytes et les basophiles, calcium dépendante ;
=> active les plaquettes et les polynucléaires neutrophiles.

2) ECP ou protéine cationique des éosinophiles :

=> toxicité antiparasitaire 10 fois plus puissante que la MBP ;
=> activité ribonucléasique faible ;
=> cytotoxicité vis à vis des cellules épithéliales bronchiques ;
=> son analyse dans le sang ou dans l’expectoration induite chez l’asthmatique n’est actuellement plus recommandée dans le cadre du suivi de l’asthme ;
=> neurotoxicité et toxicité vis à vis des cellules cardiaques ;
=> inhibe la prolifération lymphocytaire ;
=> action histaminolibératrice sur les mastocytes et les basophiles.

3) EDN ou neurotoxine dérivée de l’éosinophile :

=> activité neurotoxique puissante ;
=> puissante activité ribonucléasique ;
=> faible toxicité antiparasitaire ;
=> inhibe la prolifération lymphocytaire.

4) EPO ou peroxydase de l’éosinophile :

=> actions bactéricide, antiparasitaire, anti-tumorale, histaminolibératrice et d’inactivation de la production des leucotriènes en association avec l’H2O2 et un halogène (principalement le brome). L’association de l’EPO à l’eau oxygénée (H2O2) et à un ion halogène, inhibe la production de LTC4 (automodulation par l’éosinophile de sa propre production). Le LTC4 agit sur la contraction des muscles lisses bronchiques, la sécrétion des glandes à mucus et la perméabilité vasculaire.
=> cytotoxicité à l’encontre des cellules épithéliales bronchiques.

B. Médiateurs lipidiques

La dégradation des phospholipides membranaires des PNE entraîne la production par la voie des phospholipases A2, d’acide arachidonique, de lysophospholipides et bientôt de Paf-acéther, facteur chimiotactique et d’activation pour les éosinophiles, les neutrophiles, les macrophages. Il augmente la perméabilité vasculaire. L’acide arachidonique est alors dégradé selon 2 voies :
=> par la voie de la cyclo-oxygénase ce qui conduit à la formation de prostaglandines (PGE1, PGE2), et de thromboxane B2 (TxB2).
=> par la voie de la lipo-oxygénase, il aboutit à la formation de 5HETE et de leucotriènes (principalement LTC4, le LTB4 n’étant pratiquement pas synthétisé par les éosinophiles).

C. Chimiokines et cytokines, pré ou néoformées :

=> chimiokines : MIP1α, MCP1, éotaxine (CCL11), IP10, MIG, RANTES.
=> cytokines : IL1α, IL2 à IL6, IL8, IL13, IL16 à IL18,
=> facteurs de croissance : GM-CSF, TNFα, NGF, PDGFβ, TGFα et β, SCF, VGEF.

D. Dérivés de l’oxygène, enzymes

• Après stimulation, les polynucléaires éosinophiles génèrent principalement 3 dérivés réactifs de l’oxygène radicaux libres de l’oxygène), potentiellement toxiques :
=> l’anion superoxyde (O2-) ;
=> le radical hydroxyle (OH-) ;
=> l’eau oxygénée (H2O2) qui en se combinant avec des ions halogènes comme le brome, peut conduire à la formation d’acides cytotoxiques.

• L’éosinophile est également capable de synthétiser et de libérer de nombreuses enzymes qui ont un effet toxique direct : lysophospholipase, arylsulfatase B, phospholipase D, histaminase, catalase, phosphatases acides…